Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  adebayor.jpg

Vous ne le savez probablement pas. Les affaires ne tournent plus à merveille dans les vidéo clubs. Vidéo club, nom commun des vidéothèques qui ont poussé comme des champignons dans les années 90 dans un contexte marqué par des grèves perlées au Togo. Dans ces circonstances l’audience était toute acquise à cause du désœuvrement de plusieurs jeunes togolais.

L'ascension fulgurante des joueurs togolais dans le football professionnel international, avec des grands noms comme Adébayor Shéyi, Kougbadja Kader... a dans une certaine mesure contribué à la prolifération des vidéo clubs.

Quand Adébayor joue le prix du ticket est doublé (de 100 F on passe à 200 F). Ainsi les caisses des portiers des vidéo clubs se remplissent. Certains tenanciers de ses structures ont affirmé faire des recettes avoisinant 50 000 FCFA par match dans lequel l'international togolais joue. Les loméens sont témoins auditifs des cris que provoquent les buts marqués et les actions spectaculaires du virtuose footballistique. 

Ce business des matchs dans les vidéo clubs a fait ainsi naître un segment porteur pour Média Plus, société distributrice du matériel de télévision TNT et des bouquets satellitaires au Togo. Il semble même que cette société fait le jeu des vidéo clubs en brouillant  la diffusion  vers les foyers des matchs les plus attendus par les fans togolais pour permettre aux premiers de faire de bonnes affaires (c'est à vérifier). 

Pour voir les championnats anglais, espagnol, italien, il faut s'abonner  donc aux bouquets aux prix élevés. Et pourtant, il y a peu de foyers capables de payer une trentaine de mille francs CFA par mois pour la télévision. Résultat : les passionnés de foot se donnent rendez-vous au vidéo club du quartier pour voir les prouesses de leurs joueurs préférés. Après les matchs commencent des discussions passionnées autour de la performance des joueurs puis des équipes sans oublier les pronostiques des prochains matchs.

Il y a belle lurette Adébayor Shéyi a changer d'équipe. D'Arsenal il est passé  à Mantchester City, un autre club anglais, faisant un coup à ses admirateurs qui l’attendaient soit dans le club de Barca (Espagne), Chelsea (Angleterre) ou de Milan AC (Italie). La déception que ce transfert a suscité auprès des fans togolais, ajoutée à la faible renommée de son club d’accueil ont pesé sur les affaires des promoteurs de vidéo clubs.

La décision du footballeur de quitter les Eperviers du Togo et partant le football international est un coup dur porté non seulement au football  togolais mais aussi aux tenanciers des vidéo clubs. Car si Adébayor ne joue plus pour le Togo, ses prestations à l’étranger ne suffiront pas à faire sa publicité dans son pays. L’aura de l’international togolais va-t-elle l’accompagner dans son choix de se consacrer aux clubs étrangers ?

Adébayor aura tout donné au football togolais, tout démontré à ses fans et tout prouvé au public togolais. Mais les pelouses togolaises et africaines ont encore besoin de son talent footballistique. Adébayor le sait certainement. Cependant le traumatisme cabindais est tellement présent dans sa mémoire que ces pelouses africaines lui paraîtraient à tout jamais comme des arènes où toutes les guerres et tous les conflits ne sont plus impossibles. Ce qu’il faut reconnaitre aujourd’hui, c’est que la terreur à eu raison de Adébayor Shéyi et elle l’aura probablement sur d’autres joueurs au rendez-vous mondial du football s’il faut tenir compte des menaces d’Alkhaïda, section salafiste du Maghreb.

 

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0