Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sacderiz-300x266.jpg

Qui a dit que le gouvernement togolais ne croit pas à l'utilité du modèle économique de ReDéMaRe ? Ce groupement d'intérêt économique devenu une institution de placement d'argent au taux exorbitant dont le gouvernement a mis fin les activités pour de nombreux chefs d'accusation. Le Directeur Général de l'ex-ReDéMaRe croupit toujours en prison malgré le remboursement des actifs à une partie des ayant droit après dissolution de cette institution.

 

Mais aujourd'hui le gouvernement semble mettre en place une nouvelle opération commerciale fonctionnant peu ou prou comme ReDéMaRe sur toute l'étendue du territoire dans le cadre d'une démarche politico-économique dénommée Opération Vie Chère. Elle consiste à accorder des avantages bancaires uniquement, selon le document d'appel d'offre, et ceux liés aux formalités douanières, selon le communiqué publié dans le quotidien national Togo Presse du 25/02/11, aux importateurs sélectionnés suivant la procédure de consultation. Dans un communiqué en date du 24/02/11 publié sur les médias officiels, le gouvernement dit avoir sélectionné par voix d'appel d'offre deux opérateurs économiques grifés « grands importateurs » selon je ne sais quels critères. Le communiqué du gouvernement indique que l'OVC prend effet le 1er mars de cette année. Apparemment cette opération est préparée à la va-vite sous l'impulsion des importateurs cooptés, selon les dire des autres importateurs togolais. La consultation alambiquée qualifiée de restreinte, comme on en a l'habitude au Togo, a donc permis de sélectionner deux sociétés. Il s'agit du groupe HALELUA et de la société ELISE COTRANE. Cette dernière est dirigée par madame Julie Bèguèdou.

 

Ce vendredi matin un groupe de commerçants a rencontré le premier ministre pour lui exprimer son mécontentement face à cette décision du gouvernement de mettre en exécution son OVC au profit de ces deux sociétés sélectionnées faisant fi des règles de la concurrence. La réunion organisée, suivant le conseil du Premier Ministre par les commerçants, sous la houlette du délégué du patronat chargé du commerce, Mr BRUCE, s'est penchée sur les solutions à apporter à la crise née de la signature du protocole d'accord entre une partie des importateurs et le gouvernement. Cette réunion a permis aux deux sociétés sélectionnées de s'expliquer sur les tractations souterraines qu'elles ont eu avec le ministère du commerce pour aboutir au protocole d'accord signé. Les autres commerçants et importateurs ont demandé l'annulation de cet accord et ont exhorté, à cet effet, les sociétés sélectionnées à renoncer à le mettre en œuvre en attendant que des discussions franches soient menées avec le gouvernement pour peser et soupeser les avantages et les inconvénients de l'OVC sur le secteur commercial en général. Demande qui a semblé ne pas requérir leur adhésion. Néanmoins une délégation des importateurs est constituée pour rencontrer le ministre du commerce lundi prochain au plus tard. Les deux sociétés sélectionnées ont décliné leur participation à cette rencontre quand bien même elles y ont été invitées. Le bras de fer entre les partisans de l'OVC et les opposants ne fait que commencer. Cela risque de faire des étincelles avec la révolte probable des femmes et hommes d'affaires que le gouvernement tente de mettre à contribution dans sa stratégie de lutte contre la vie chère. Les importateurs redoutent les conséquences de l'OVC qui paraît être une opération de sauvetage en faveur des sociétés sélectionnées qui ont reconnu avoir des stocks de marchandises en souffrance. 

 

Partager cet article

Repost 0